Panier: 0

Damage Daphné

A la recherche d'Alfred Hayes

En librairie le 6 janvier 2022

Apolline Avenarius sort d’études de cinéma avec un but précis, devenir un auteur célèbre. Pour cela, elle mise tout sur une seule idée : partir à la recherche d’Alfred Hayes, poète, romancier et scénariste de l’âge d’or Hollywoodien qu’elle estime injustement oublié. Pour mettre son plan à exécution, elle embarque Pierrot, un prof de fac qui rêve de la mettre dans son lit, et Hank, un écrivain flamand qui vit ses dernières heures. Mais on ne déterre pas les morts si facilement… D’un quartier chic de Rome aux collines en flammes de Los Angeles, À la Recherche d’Alfred Hayes entraîne le lecteur dans la course démesurée de la narratrice vers l’objet de son obsession. Qui est vraiment Alfred Hayes ? Un personnage de chair, ou une projection fantasmée ? Qui espère-t-elle trouver, alors que tout brûle autour d’elle ? Un sauveur, ou elle-même ?

Daphné Tamage est née à Bruxelles en 1992. Après avoir étudié la réalisation et le scénario à l’Institut des Arts de Diffusion (IAD), elle entre à l’Atelier des Écritures contemporaines de La Cambre. Passionnée de jazz et de littérature américaine, elle a posé ses valises à Big Sur, Veracruz, Rome et dans le Bairro Alto de Lisbonne, où elle vit actuellement. À la recherche d’Alfred Hayes est son premier roman.

Illustration de couverture : Gloria Grahame dans Human desire de Fritz Lang, adapté de La Bête humaine d’Émile Zola par Alfred Hayes. 

 

 


En savoir plus...

Lederer Jacques

Chtarbov. Le génial inventeur de la psychanalyse en double aveugle

En librairie le 3 février 2022.

« Ah, mes tendres cœurs, mes chers frères et sœurs en névrosie ! Comme je vous plains et vous comprends, ayant moi aussi usé mes plus belles années sur un divan à ressasser les « Et pourquoi je prends toujours les mauvaises décisions », « Et quand je prends les bonnes, pourquoi je ne vais pas jusqu’au bout », « Et c’est quand qu’on arrive ? », toutes ces promesses de future vigueur jamais tenues, ou pire, une fois terminée l’ultime séance, vous laissent en rade sur le trottoir : guéri ? Pantelant oui ! Ramené à la case départ, vidé – je n’insiste pas, vous m’avez compris. Eh bien, mes tendres cœurs, moi qui vous aime comme si je vous avais faits, moi, Chtarbov, qui ai mis des décennies à édifier ma Psychanalyse en double aveugle, cette révolution en matière de cure (mot bien inapproprié, vous verrez) je vous en présente ici quelques appetizers pour parler sinon penser (Dieu m’en garde) comme le Maître viennois. Si vous voulez me joindre, ne me cherchez ni sur Facebook, ni nulle part : c’est moi qui vous reconnaîtrai, d’emblée, où que vous soyez, sur un atoll, une banquise, un désert, dans un bar, un wagon, une manif, une aire de repos, un parloir, et vous tendrai alors la main. Comment je ferai ? Ça c’est mon affaire et, quant à vous, borgne de votre propre royaume que vous êtes, ouvrez déjà l’œil et lisez… » Professeur Tybor Chtarbovski, dit Chtarbov

Jacques Lederer, né Jacques Pollak, d’une famille austro-hongroise décimée par la déportation, n’a échappé que de peu à celle-ci en 1942. Il a été OS en usine, représentant, steward à Air France, pianiste de jazz, rédacteur publicitaire à Europe 1, assistant-réalisateur, bibliothécaire. 


En savoir plus...